Je suis heureuse, je mange.
Je suis malheureuse, je mange.
Toute émotion passe par la bouche. Par la bouffe.
Je suis une obsédée de la bouffe.
Quand elle quitte mon esprit, je me sens soulagée.
Libre!
Je me réveille bien souvent en songeant à ce que je vais cuisiner pour midi.
Ou à ce qu'il y a dans le frigo.
Aux courses à faire.
J'adore faire les courses.
Remplir le frigo de bonnes choses.

Je dois parvenir à manger avec plaisir mais surtout à m'arrêter dès que je n'ai plus faim.
Je ne parle pas de régime. Je ne parlerai plus jamais de régime.

Je ne bouge pas assez en ce moment. C'est un cercle vicieux : J'ai très mal aux genoux. Parce que je suis trop lourde. Par conséquent, je marche moins. Et j'ai encore plus mal aux genoux. Quand je travaille assise, je vais bien.
Ces derniers jours, j'ai dû être debout, j'ai piétiné, porté des trucs lourds, bref, j'ai eu mal au dos. Acause de mon poids, encore une fois.
Je suis capable de ne plus fumer.
Je vais un jour être capable de moins manger.
C'est tout aussi difficile.
J'ai gagné la lutte contre le tabac.

Je finirai bien par gagner contre les kilos...
J'ai confiance en moi.